Accueil.






Encyclopédie anatomique


Suite du crâne



















Crâne.







Santé














































Cerveau et plus

Visioner le book en ligne "cerveau et plus"

Dos

Abdomen

Pelvis et périné

Membre supérieur

Membre inferieur

Systèmes de l'organisme

Termes anatomique

Planches anatomique de Léonard de Vinci

















Roblès.Anatomie Roblès.Anatomie Roblès.Anatomie


Vidéos 3D









La naissance







Crâne













Cerveau : Diencéphale






Vascularisation de l'encéphale






Thorax


































Roblès.Anatomie







Genoux








Roblès.Anatomie













Roblès.Anatomie


Epaule










Expo de corps humain à Montréal







Nouveau

























Visionner le crâne sur toute ses coutures à l'aide de la sourie.(démo) exceptionel et magique
















Liens

















Médication naturelle















Musculation et nutrition













Médecine eubiotique













Corps humain


















Histoire de l'anatomie







Les planches anatomique de cette encyclopédie sont tirés de l'ouvrage (Atlas d'anatomie humaine,deuxième édition.Novartis.)

Les dessins et peintures réalisés par Frank H.Netter, M.D.Edition de 1997.

L'anatomie et sa représentation a fasciné l'homme depuis le paléolithique supérieur (-30 000 ans) ou apparaissent les premières représentations graphiques.

L'archéologie a ainsi mis en évidence la pratique de la trépanation pour les traumatismes ou dans le cadre de rituels, ce qui impose une connaissance anatomique même sommaire du crâne et de son contenu.

Certains auteurs considèrent qu'à cette époque se développent des théories sur le pouvoir et la vertu de certains viscères, et des comportements anthropophages (coeur, foie, cerveau)

En Mésopotamie

vers 3500 av. J.-C., le savoir anatomique est au service de l'art divinatoire.

En Égypte

la connaissance anatomique est essentielle à la technique d'embaumement, autant qu'à la pratique médico-chirurgicale.

L'extraction du cerveau par les fosses nasales nécessite la connaissance de la lame criblée de l'ethmoïde, les viscères conservés dans les vases canopes sont identifiés.

En Grèce antique

La dissection des défunts est interdite.

Hippocrate, contemporain de Platon est un mauvais anatomiste, certes le coeur est le siège de la circulation, mais la physiologie est fausse : « le cerveau est le siège de l'intelligence parce que la tête est sphèrique ».

L'anatomique à Alexandrie


Il se crée le Musée (=centre de recherche) et la bibliothèque. Hérophile (340 av. J.-C.) décrit de nombreuses structures : le cerveau, les méninges, les sinus veineux de la base du crâne, les nerfs crâniens... Érasistrate (320 av. J.-C.) pratique environ 600 dissection, il décrit les valvules du coeur, il distingue les nerfs moteurs des nerfs sensitifs et suppose que l'intelligence est proportionnelle au nombre de circonvolutions cérébrales... Mais l'incendie de la bibliothèque (en 47 av. J.-C.) et la conquête romaine de l'Égypte entraînent un déclin des recherches anatomiques.

L'empire romain

Galien (130 apr. J.-C.) est plus médecin que chirurgien, il pratique des dissections sur le singe, peut-être sur des gladiateurs ; il décrit : les fonctions des muscles et des articulations, les viscères thoraciques, le tronc cérébral... Mais les dissections humaines seront interdites sous Marc Aurèle, et pendant 10 siècles l'oeuvre de Galien sera copiée, sans vérification et sans progrès.

Au Moyen Âge

Il n'y a pas de recherche structurée, ni de développement médical et chirurgical.

En Andalousie, quelques textes latins et grecques sont transcrits, avec souvent une exégèse accommodée aux contraintes religieuses. À Salerne (IXe siècle) puis à Bologne, Montpellier et Paris, des privilèges sont accordés par l'Église à des confréries, pour des dissections sur des corps de suppliciés, mais on se limite à des commentaires selon Galien, il n'y a pas d'étude anatomique.

A noter cependant l'édit de 1241 promulgué par l'empereur du Saint Empire Fréderic II de Hohenstaufen, autorisant la dissection des cadavres masculins. L'Eglise s'empressa de révoquer l'édit après la mort de l'empereur.

Ultérieurement des chirurgiens demandent le recours à l'étude par la dissection et non plus le commentaire (it:Henri de Mondeville, Guy de Chauliac). La permission du duc d'Anjou (en 1376), améliore ces conditions. Mais surtout les papes Sixte IV et Clément VII favorisent et recommandent les dissections pour l'étude médicale.

La Renaissance

Les carnets de Léonard de Vinci sont précieux et d'une précision anatomique incroyablement juste .Il fût par ses recherches un exemple pour la science anatomique ,pour ne siter que celle-ci.Il légat ses manuscrits à Francesco Melzi.

André Vésale (Bruxelles) bouleverse la connaissance anatomique, il étudie à Paris, Padoue, Bâle... Il décrit l'homme « à partir de l'homme vivant ou qui a vécu », il publie un ouvrage de référence: De Humani Corporis Fabrica illustré de représentations graphiques par Jean Calcar (élève de Titien), c'est un recueil d'anatomie descriptive, topographique, fonctionnelle et biomécanique.

Tags: Atlas anatomique, anatomy, anatomie humaine, encyclopedie anatomique, Anatomical encyclopedia